Description du projet

CINÉ OPÉRAS

Pour cette saison 2020-2021, nous avons changé de partenaire afin de proposer des contenus plus contemporains, tous droit sortis des opéras nationaux de Paris . Les séances auront lieu une à deux fois par mois les dimanches et/ou les jeudis et seront parfois en direct.

Charles Gounod – FAUST (Opéra Bastille, Paris)

26 Septembre 2021 à 10h

Mise en scène de Tobias Kratzer
Direction orchestrale de Lorenzo Viotti

Avec Benjamin Bernheim, Ildar Abdrazakov, Florian Sempey, …

Je veux un trésor, qui les contient tous ! Je veux la jeunesse ! Frustré par la quête futile du savoir, le vieux savant Faust vend son âme au diable en échange de la jeunesse éternelle et de la belle Marguerite… Gounod retravaille le mythe popularisé par Goethe pour s’attacher à l’histoire d’amour et magnifie la chute et le salut final de Marguerite. Son choix d’alléger la portée philosophique du récit lui permet de trouver un équilibre entre les scènes où le surnaturel fait appel au grand spectacle et un univers réglé par l’intériorité de l’action et des sentiments. La partition de Gounod est un tour de force d’invention mélodique, révélant dans l’écriture vocale l’art du compositeur à transmettre une émotion sincère et immédiate. Pour ses débuts à l’Opéra national de Paris, le metteur en scène allemand Tobias Kratzer livre une réflexion sur l’obsession pour la jeunesse éternelle de la société contemporaine. Grâce à un dispositif scénique élaboré, sa mise en scène oscille entre hyperréalisme et magie, entre le monde d’aujourd’hui et l’atmosphère mystérieuse du romantisme allemand.

VOSTENF 3h25′ + 2 entractes

Ballet – LE ROUGE ET LE NOIR ( Palais Garnier, Paris) – LIVE

21 Octobre 2021 à 19h15

Mise en scène de Pierre Lacotte
Direction orchestrale de Jonathan Darlington

Avec Mathieu Ganio, Amandine Albisson, Léonore Baulac, …

Dans les années 1830, à l’époque de la Restauration, Julien Sorel, jeune homme irrésistible de 18 ans, connaît une ascension fulgurante. Protégé par l’abbé Chélan, il s’introduit dans le monde de l’aristocratie au coeur des luttes de pouvoir. Le Rouge et le Noir est le récit d’une vie tumultueuse, où l’amour se révèle la plus dangereuse des passions. Madame de Rênal et Mathilde de La Mole entraînent le héros dans les méandres d’un XIXe siècle où désir, politique et religion sont la toile de fond d’une étude de caractères enlevée. Dans des décors et costumes fastueux qu’il a lui‑même imaginés, Pierre Lacotte, à qui l’on doit la reconstitution de La Sylphide, Paquita ou encore Coppélia, propose une création entièrement nouvelle à partir du roman de Stendhal, accompagnée par un florilège musical de Jules Massenet.

3h00′

Wolfgang Amadeus Mozart – LA FLÛTE ENCHANTÉ ( Glyndebourne, Uk)

28 Novembre 2021 à 10h

Mise en scène de Barbe & Doucet
Direction orchestrale de Ryan Wigglesworth

Avec David Portillo, Sofia Fomina, Brindley Sherratt, …

Est-ce une œuvre pour les enfants ? Pour les philosophes ? Ou pour les fous qui sont peut-être l’un et l’autre ? C’est en tout cas un prétexte à se jeter dans un univers imaginaire, avec un serpent et des petits oiseaux, un trio de fées et une reine cruelle, des esclaves sombres et des porteurs de lumière (qui sont peut-être des illuminés), un gentil (et beau) prince, une princesse jolie comme un cœur, un garçon rigolo et une fille qui irait bien avec, des péripéties, des rebondissements, des coups de théâtre, des moments de charme, de rires, de sourires ou de frissons… Ici, on est plongé dans un univers à la fois drôle, joli et intelligent, une sorte de revue de music-hall pour les spectateurs de 7 à 107 ans, avec des énigmes sans vraies réponses, une action déplacée dans un grand hôtel viennois, singulièrement ses cuisines, recréées avec une poésie cartoonesque et propre à la surprise, à l’émerveillement et même à la réflexion sur la condition des femmes, au rythme de la plus belle musique du monde, celle de Mozart

VOSTFR (Allemand) 2h53′

Dmitri Shostakovich – LADY MACBETH DE MZENSK (Opéra Bastille, Paris)

12 Décembre 2021 à 10h

Mise en scène de Krzysztof Warlikowski
Direction orchestrale de Ingo Metzmacher

Avec Dmitry Ulyanov, John Daszak, Aušrinė Stundytė, …

Du projet initial de Chostakovitch – consacrer une trilogie aux destins tragiques de femmes russes à travers les âges – ne demeura qu’un opéra coup-de-poing : Lady Macbeth de Mzensk. S’il est l’un des puissants ressorts de l’oeuvre, l’intertexte shakespearien est ici bien amer : contrairement à Lady Macbeth, Katerina Ismailova – qui, dans la Russie profonde du XIXe siècle, tombe amoureuse d’un employé de son mari et sera finalement acculée au suicide – est moins manipulatrice que victime d’une société violente et patriarcale. Krzysztof Warlikowski libère aujourd’hui la force de subversion de cette œuvre brûlante et scandaleuse, qui a marqué les premières années de l’Opéra Bastille.

VOSTFR (Russe) 3h38′

GRANDI MOMENTI DI DANZA (Teatro alla Scala, Milan)

26 décembre 2021 à 10h

Chorégraphie de Auguste Bournonville
Direction orchestrale de David Coleman

Avec Vittoria Valerio, Nicola Del Freo, Virna Toppi, …

À vos chaussons ! Le Teatro alla Scala de Milan vous ouvre ses portes pour une soirée en présence des plus brillantes étoiles de la scène du ballet actuel. Laissez-vous émerveiller au cours d’une soirée qui débute avec des extraits de La Sylphide, chorégraphiés par Auguste Bournonville. De nombreux chefs-d’œuvre sont au programme de cet évènement de gala, avec des chorégraphies classiques, telles que Le Spectre de la Rose par Noureev d’après Fokine, et contemporaines, comme notamment Le Corsaire par Manuel Legris…

1h12′

Georges Bizet – CARMEN (Opéra Bastille, Paris)

9 Janvier 2022 à 10h

Mise en scène de Calixto Bieito
Direction orchestrale de Sir Mark Elder

Avec Elīna Garanča, Roberto Alagna, Maria Agresta, …

« Jamais Carmen ne cèdera, libre elle est née, libre elle mourra », lance l’héroïne de Bizet à Don José à la fin de l’opéra. Cette irrépressible liberté, couplée à la nécessité de vivre toujours plus intensément sur le fil du rasoir, la mise en scène de Calixto Bieito en rend compte comme nulle autre. Du personnage de Mérimée, Carmen conserve chez Bieito les contours profondément ibériques et le tempérament brûlant de celle qui vit de petits trafics. Mais l’oiseau rebelle est foncièrement de notre époque. Vamp aguicheuse et insoumise, témoin de la brutalité masculine et sociétale, elle roule à grande vitesse, pressée d’exister.

VFSTENG 2h47′

Georges Bizet – LES NOCES DE FIGARO (Palais Garnier, Paris) – LIVE

3 Février 2022 à 19h15

Mise en scène de Netia Jones
Direction orchestrale de Gustavo Dudamel

Avec Maria Bengtsson, Peter Mattei, Ying Fang, …

Les Noces de Figaro compte parmi les opéras les plus emblématiques du répertoire. Brahms en parlait comme d’un « miracle » et la plainte de la Comtesse résonne encore aujourd’hui comme une des pages musicales les plus déchirantes. En reprenant la comédie de Beaumarchais qui fut à l’origine d’un scandale qui mit en émoi toute la société parisienne, Mozart et Da Ponte s’assuraient leur réussite. La pièce avait même été interdite par Joseph II en 1785 au Théâtre de Vienne. Devait-elle trop exposer sur le devant de la scène les contradictions d’un régime déjà vacillant, prêt à sombrer avec la Révolution française ? La nouvelle production de Netia Jones conserve l’essence même de la pièce de Beaumarchais en questionnant avec humour mais non sans espièglerie les rapports humains, dans une production qui vient confondre réalité et fiction au point de se demander, comme le Comte : « Jouons-nous une comédie ? »

VOSTFR (Italien) 3h40′

Wolfgang Amadeus Mozart – DON GIOVANNI (Palais Garnier, Paris)

20 Février 2022 à 10h

Mise en scène de Ivo Van Hove
Direction orchestrale de Philippe Jordan

Avec Jacquelyn Wagner, Étienne Dupuis, Ain Anger, …

Quel est ce feu qui pousse Don Giovanni à séduire, à soumettre, à conquérir les femmes une à une, avec la fièvre et la froideur du prédateur ferrant sa proie, à poursuivre à travers elles un obscur objet qui toujours se dérobe à lui ? Pour sa deuxième collaboration avec Da Ponte, Mozart devait marquer au fer rouge l’histoire de l’opéra et hanter à jamais la culture européenne. Kierkegaard nous invitait à écouter dans ce Dissolu puni « le chuchotement de la tentation, le tourbillon de la séduction, le silence de l’instant ». Le cycle Mozart-Da Ponte se poursuit avec Don Giovanni confié à Ivo Van Hove. Habitué à interroger le sens politique des oeuvres, le metteur en scène réalise, après Boris Godounov, sa deuxième mise en scène pour l’Opéra de Paris.

VOSTFR (Italien) 3h30′

Giuseppe Verdi – LA TRAVIATA ( Palais Garnier, Paris)

20 Mars 2022 à 10h

Mise en scène de Simon Stone
Direction orchestrale de Michele Mariotti

Avec Pretty Yende, Catherine Trottmann, Marion Lebègue, …

En ouvrant son opéra par un prélude pour cordes d’une économie de moyens inédite, Verdi affirmait en 1853 sa volonté de bousculer les conventions et les normes. Là n’est pas la moindre des radicalités de son œuvre : sa « Traviata » met implacablement à nu la violence d’une société qui prône la jouissance matérielle et finit par sacrifier une innocente victime sur l’autel de la morale bourgeoise. Simon Stone aime travailler au corps à corps les pièces du répertoire pour les entraîner vers des territoires plus intimes. Ce metteur en scène, qui compte parmi les plus remarqués au théâtre aujourd’hui, fait ses débuts très attendus à l’Opéra national de Paris.

VOSTFR (Italien) 3h00′

RIGOLETTO (Circo Massimo, Rome)

10 avril 2022 à 10h

D’après Le Roi s’amuse de Victor Hugo

Mise en scène de Daniele Gatti
Direction orchestrale de Michele Mariotti

Avec Iván Ayón Rivas, Roberto Frontali, Rosa Feola, …

C’est à un vrai défi que s’est soumis l’Opéra de Rome en ce mois de juillet 2020. Pour sauver sa saison d’été, habituellement aux thermes de Caracalla, tout en respectant pour le public et les artistes la distanciation sociale, il s’est installé au Circo Massimo, entre Palatin et Aventin, où on a construit un dispositif gigantesque permettant l’installation d’une fosse large de plus de 50m pour permettre à chaque pupitre d’être à 1,50 m l’un de l’autre et des gradins où les sièges étaient séparés d’un mètre. Ainsi pour célébrer le retour de l’opéra de grand répertoire, c’est Rigoletto dans une mise en scène originale de Damiano Michieletto qui a été proposé en ouverture de saison d’été pour trois représentations sous la direction musicale de Daniele Gatti, en attendant un Barbiere di Siviglia et une Veuve Joyeuse. Le résultat est un tour de force, une organisation exceptionnelle, avec un résultat musical de grand niveau, évidemment tributaire de conditions techniques drastiques. C’est bon pour l’été, qu’en sera-t-il en automne ?

VOSTFR (Italien) 2h30′

Giuseppe Verdi – AIDA (Opéra Bastille, Paris)

15 Mai 2022 à 10h

Mise en scène de Lotte de Beer
Direction orchestrale de Michele Mariotti

Avec Soloman Howard, Elīna Garanča, Sondra Radvanovsky, …

Créé à l’Opéra du Caire en 1871 pour célébrer l’ouverture du Canal de Suez, Aida nous plonge dans le fantasme d’une Antiquité reconstituée. Au cœur de l’intrigue, un choix impossible entre l’amour et le devoir patriotique : une princesse éthiopienne captive et un militaire égyptien trahissent leur peuple et défient une puissante rivale, s’unissant jusqu’à la mort. Marquée par le contraste entre un spectacle démesuré et la transition vers une dramaturgie de l’intimité, la partition de Verdi réussit à distinguer le drame intérieur de ses protagonistes de l’imposant cadre historique. L’œuvre réunit les thématiques chères au compositeur : la nostalgie de la patrie perdue, la délivrance par la mort, l’opposition entre un présent décevant et un ailleurs idéalisé, le poids des pouvoirs religieux et politiques, éléments régulateurs d’un monde conçu comme un piège. La metteure en scène hollandaise Lotte de Beer, pour ses débuts à l’Opéra national de Paris, choisit de porter un regard critique sur la représentation européenne des peuples colonisés, nous incitant à repenser notre rapport aux productions esthétiques du passé et du présent.

VOSTFR (Italien) 3h05′

Jean-Philippe Rameau – PLATÉE (Palais Garnier, Paris) – LIVE

21 Juin 2022 à 19h15

Mise en scène de Laurent Pelly
Direction orchestrale de Marc Minkowski

Avec Mathias Vidal, Julie Fuchs, Nahuel di Pierro, …

« Nymphe régnant sur un humide empire » ou « Naïade ridicule » ? Qui est donc cette étrange, créature que Rameau fait chanter dans une tessiture de haute-contre et qui fait voler en éclats, les conventions de l’opéra ? Laide et vaniteuse, la grenouille Platée est victime d’une manipulation des dieux, qui lui font croire qu’elle est aimée par Jupiter. Dans cet opéra composé à l’occasion du mariage du Dauphin Louis, fils de Louis XV, et de l’infante Maria Teresa d’Espagne, réputée disgracieuse, Jean‑Philippe Rameau fait de l’ironie l’arme maîtresse de sa partition. Cette farce cruelle et émouvante revient à l’affiche de l’Opéra dans la production réjouissante et fantasque de Laurent Pelly.

VF 3h00′